Ça y est ! C’est reparti ! L’équipage du Pinocchio lève les voiles vers de nouvelles aventures après avoir passé huit mois à l’ancre à Ucluelet. Cette escale stratégique en Colombie Britannique nous aura permis de faire un bon carénage, de changer les anodes, la chaîne, les batteries, le chargeur et la génératrice, de refaire le plein de matériel scolaire et d’attendre patiemment de nouveaux passeports ! Ç’a vraiment fait du bien de passer un an au Canada, le temps de faire le point sur nos 5 années de voyage et sur nos projets d’avenir.

Bien sûr, nous souhaitons rentrer au Québec un jour, mais de quelle manière ? Plusieurs idées sont lancées et les discussions s’animent ! Charlotte est dans cette période de l'adolescence où l'on vit les choses avec beaucoup d'émotions ! D'abord, elle souhaiterait rentrer au plus vite en vélo, car elle déteste Ucluelet. Puis, elle s'y fait des amis et souhaiterait y rester pour toujours. Ah l'adolescence ! Elle vous racontera tout cela en détail dans le prochain article de blogue! Personnellement, j'aime bien Ucluelet. Cependant, nous y installer à long terme n'est pas envisageable pour plusieurs raison. En tout cas, pas sur le bateau. Et le prix de l'immobilier et beaucoup trop élevé. Ainsi, nous allons rentrer au Québec. Préférerions-nous rentrer en train, en vélo, en avion ou en bateau ? Les réponses sont unanimes : en bateau ! Après tout, tant qu’à être déjà toute bien organisés sur Pinocchio, aussi bien continuer ! Il faut donc bien réfléchir sur l’itinéraire qui convient à toute la famille, sans négliger la durée de chaque escale sur le trajet. Plusieurs options s’offrent à nous pour atteindre l’Atlantique et remonter le fleuve Saint-Laurent : le passage du Nord-Ouest, le canal du Panama, le cap Horn, le tour du monde… Une chose est certaine, j’ai vraiment hâte de retrouver la chaleur des tropiques ! Toutefois, il n’est pas question de partir d’ici sans aller explorer l’Alaska ! Rattachez vos tuques, les enfants ! L’été ne sera pas chaud !

Ainsi, à la fin du mois de mai 2022, Raphaël et Thomas quittent leur emploi à l’épicerie Coop, Charlotte cesse son stage à la pâtisserie, les plus jeunes abandonnent leurs vélos, chacun dit ces adieux à ces nouveaux amis de l’église, de la maison des jeunes, du centre sportif ou du terrain de jeux. Ucluelet, cette petite ville touristique sur la côte ouest de l’île de Vancouver, se trouve désormais loin dans notre sillage.

J’ai été charmée par la richesse de sa nature : les cèdres géants, les belles plages de surf, les baleines, les pygargues à tête blanche, les ours noirs, les chevreuils sur les terrasses et les lions de mer qui hurlaient jours et nuits… Ils venaient même jaser avec Brume de temps en temps !!!

Il n’y a pas meilleur endroit pour apprécier le soleil que là ! C’est vrai que c’est l’un des endroits les moins froids l’hiver au Canada, mais le climat est rigoureux et il pleut tous les jours, ou presque pendant l’automne et l’hiver, sans parler des tempêtes ! Imaginez le tour de zodiaque pour aller sur terre avec le vent fret, la pluie et les embruns ! Brrr ! Pendant les jours les plus froids de janvier, il y a eu quelques averses de neige, assez pour faire un bonhomme de neige de 20 cm. Certains matins, Pinocchio s’est même retrouvé coincé dans la glace ! Gepetto le zodiaque a dû se transformer en brise-glace ! Imaginez faire la vaisselle avec cette eau-là ! Ça gèle les mains, croyez-moi ! J’avais du mal à les réchauffer le soir et je devais dormir avec 6 épaisseurs de couvertures molletonnées, mes bas de laine, ma tuque et mes caleçons longs ! Pas très romantique, hein ! Aussi, Pinocchio n’est pas très isolé. Chacun passe donc toutes ses matinées à essuyer la condensation sur les hublots et les murs pour éviter la moisissure. Malgré tous nos efforts, plusieurs livres et vêtements ont pourri, le bois et la peinture se sont abîmés et de la rouille est apparue autour des hublots. Pinocchio aura grandement besoin de bons soins dès que nous serons dans un climat plus sec. Bref, quand il fait soleil, tout le monde l’apprécie et en profite pour faire des activités en plein air !

Nous nous souviendrons longtemps aussi de la bonté des gens d’Ucluelet. Les gars se sont fait gâter par leurs collègues de travail à la Co-op ; nos estomacs ont été comblés avec le bon saumon pêché par le capitaine Chris ; nous avons été chaleureusement accueillis par les membres de l’église qui nous ont voyagé d’un bout à l’autre de l’île, donné des cadeaux, des vêtements, un service de livraison de courrier ; et sans oublier le père Noël anonyme qui nous a fait parvenir un succulent repas des fêtes ainsi qu’une MONTAGNE de cadeaux pour chaque membre de l’équipage ! Quelle générosité !

Depuis le début de notre voyage en 2016, nous avons fait beaucoup de belles rencontres mémorables. Je suis toujours heureuse d’entreprendre des navigations vers de nouveaux endroits, mais tristes de quitter tous ces gens merveilleux. C’est difficile, mais je me console en me disant qu’il y a du bon monde partout…

Bien justement, lors d’une escale dans Pruth Bay, nous rencontrons l’équipage de Mandolyn, une famille canadienne qui voyage aussi vers l’Alaska avec 2 enfants du même âge que Juliette ! Pendant que les parents discutent entre marins, les enfants s’amusent sur la plage à construire une structure artistique avec le plus de branches possible en équilibre, mais dont seulement trois touchent le sol. Quelle créativité !

Pendant ce temps, Raphaël s’éloigne du groupe puis s’isole pour enfiler sa combinaison isothermique, sa cagoule et ses palmes. Passionné de la nature, il s’éclipse sous l’eau pour explorer les fonds marins et nous rapporter de splendides photos. Grâce à son salaire d’employé à la Co-op, il a pu s’acheter un nouvel appareil photo Olympus TG-6 qui lui permet de faire des prises de vue rapprochées d’espèces minuscules grâce à son objectif macro. Il essaye de plonger en apnée lors de chaque escale si les conditions le permettent. Ce n’est pas l’eau froide qui l’arrête ! Il rencontre des étoiles de mer, des limaces de mer, des crabes, des poissons, des phoques, des méduses…

Il aime beaucoup étudier toutes les caractéristiques physiques et comportementales qui différencient chaque espèce afin de mieux les identifier. Partir à la recherche de nouvelles espèces est comparable à une chasse au trésor pour lui. Je me souviens encore de lui à 4 ans me parlant avec émerveillement des traits particuliers des fourmis, des araignées, des mouches et des autres insectes qu’il découvrait. Ce voyage autour du monde lui aura ouvert de nouveaux horizons et permis d’en découvrir tellement plus !

Nous aimons beaucoup Pruth Bay, car elle regorge de beaux sentiers pour la randonnée et de vastes plages de sable blanc au grand plaisir des enfants. Elle abrite aussi le centre de recherche scientifique Hakaï qui est une nouvelle source d’inspiration pour Raphaël. De plus, le centre offre 300 Mo de wifi gratuit par jour. Les ados sont super contents de pouvoir contacter leurs amis sur les réseaux sociaux. Marcus est ravi aussi de pouvoir consulter les données météo plus facilement. Autrement, quand nous sommes en milieu isolé, il peut recevoir des prévisions météo avec notre système de communication par satellite Iridium Go. Cependant, avec une connexion internet, c’est plus rapide et les prédictions peuvent couvrir un plus grand territoire à la fois.

En quittant Ucluelet, notre objectif était d’entreprendre une navigation côtière à la voile et sans escale pour arriver le plus rapidement possible en Alaska. La fenêtre météo semblait parfaite au départ, mais les vents sont tellement instables sur la côte que nous nous retrouvons vite dans des conditions non favorables. Nous nous voyons donc contraints d’entrer dans les canaux et d’y faire plusieurs escales. Bien que je sois avide d’explorer les glaciers de l’Alaska, je me réjouis d’avoir la chance de parcourir une fois de plus ce trajet si agréable que nous avions emprunté à sens inverse l’été dernier, et ce malgré les inconvénients. Les paysages sont tellement beaux. Je pourrais très bien m’imaginer vivre ici pour le reste de mes jours ! Puis il y a tant d’îles, de canaux et de fiords à explorer… impossible de s’en lasser ! Je garderai toujours une place bien spéciale dans mon cœur pour ce magnifique territoire de navigation ! En plus, voguer à toute voile dans les canaux donne l’impression d’être sur un lac, car on y est à l’abri de la houle. C’est superbe ! Ça me rappelle nos débuts à la voile sur le lac Témiscamingue tandis que Raphaël n’avait qu’un an. Nous avons surtout navigué en haute mer depuis notre départ du Québec, alors j’avais complètement oublié cette sensation bien particulière.

Malheureusement, les canaux sont aussi à l’abri du vent. Par conséquent, il faut généralement faire usage de notre gros Perkins. Je ne peux pas me plaindre, car c’est plus confortable et cela réchauffe l’intérieur du bateau, principalement la cabine du capitaine qui se trouve juste à côté du compartiment moteur ! Aussi, cela nous permet de faire sécher nos vêtements trempés par la pluie sur les cordes à linge que Marcus a fixées dans la salle des machines en 2019 pendant notre navigation en Patagonie. Avancer au moteur est toutefois moins écologique et plus dispendieux à cause du prix du diesel qui a beaucoup augmenté ces derniers temps… C’est d’autant plus important de surveiller les heures de marées et la distance entre les mouillages pour éviter d’avancer à contre-courant.

Un autre inconvénient c’est qu’il ne fait pas chaud et il pleut souvent ce qui occasionne de l’inconfort. Heureusement, Marcus a bâti un poste protégé au-dessus de la descente avant de quitter les îles Marshall. C’est donc super de pouvoir rester à l’abri des intempéries pour piloter le bateau sans passer toute la journée dehors vêtu comme un ours comme lors de notre passage en Patagonie.

Il y a quand même plusieurs journées de beau temps où nous pouvons contempler un beau paysage forestier à perte de vue. Nous sommes toutefois peinés d’y voir aussi de grandes zones de coupe forestière et de reboisement. Ça nous rappelle l’ampleur de l’exploitation forestière, et replonge Marcus dans ses vieux souvenirs d’été à l’époque où il travaillait en tant que planteur d’arbre ou contremaître dans le reboisement. Il nous fait bien rire avec ses anecdotes comiques et ses récits d’aventures en débusqueuse !

Une semaine plus tard, nous faisons escale à Shearwater, ce village absolument isolé où se trouvent une grande buanderie, des douches chaudes, un petit magasin et du wifi gratuit ! Nous avons pris l’habitude de laver tous les petits vêtements à la main au fur et à mesure, mais pour les gros morceaux, nous préférons utiliser les laveuses de la buanderie. Aussi, comme il n’y a pas de douche sur Pinocchio et que l’eau de mer est trop froide pour y plonger, nous avons été contraints à nous accommoder d’un lavage à la mitaine avec de l’eau réchauffée. Prendre une bonne douche chaude est donc un grand luxe fortement apprécié ! Sur Pinocchio, nous sommes en mesure d’emmagasiner jusqu’à trois mois d’autonomie de nourriture sèche et de boîtes de conserve. Pour les produits frais, toutefois, il ne reste plus grand-chose au bout de 2-3 semaines. Nous en profitons donc ici pour racheter des œufs, des oignons, des carottes, du chou et des pommes fraîches. Marcus doit aussi refaire le plein de diesel. Ça fait mal au cœur de payer 2,40 $ le litre ! Les ados passent la journée sur terre pour utiliser le wifi illimité ! Ce n’est pas une connexion très rapide, mais j’arrive tout de même à transmettre les bilans de fin d’année et les portfolios des enfants au ministère de l’Éducation. Youpi ! Nous pourrons officiellement célébrer le début des vacances d’été ! J’aime beaucoup l’école et tout ça, mais c’est un réel défi pour moi de gérer 7 enfants à des stades d’apprentissage différents. Je suis ravie de prendre congé !

Plus nous entrons profondément dans les fiords, plus les montagnes sont imposantes ! Nous arrivons enfin à Europa Bay Hot Springs, qui est sans contredit notre escale favorite ! En plus, il fait beau soleil tout le temps que nous sommes là. Quel bonheur de relaxer dans ce bain de pierre chauffé par une source thermale tout en contemplant les montagnes aux sommets enneigés ! Nous y allons par petit groupe, les enfants d’abord, puis Raphaël en profite pour s’y réchauffer en sortant de sa séance de plongée en eau froide ! Vous imaginez le réconfort ! Marcus et moi y allons aussi un peu plus tard juste les deux. Ces moments de détente et de repos sans les enfants nous font tellement du bien ! Quel apaisement !

Le soir, on s’endort au son de la rivière qui coule au fond de la baie. Le matin, nous sommes réveillés par le chant des huards et des pygargues à tête blanche. Des baleines passent devant la baie et des ours noirs viennent manger du foin sur la rive presque tous les jours. Marcus profite de leur absence pour aller remplir les bidons d’eau douce à la rivière. Nous avons un desalinisateur, mais au Canada, nous trouvons toujours des sources d’eau douce pour remplir notre réservoir. Marcus filtre toujours l’eau recueillie et la désinfecte avec un peu d’eau de javel.

Tiens ! Nos amis arrivent ! Comme il n’y a qu’une bouée de mouillage et que la tenue n’est pas très bonne à l’ancre, nous les invitons à amarrer Mandolyn sur Pinocchio. Les enfants s’échangent des messages en collant des petits mots dans leurs hublots, s’invitent à manger du gâteau et vont jouer à la cachette dans l’herbe haute ! Attention aux ours ! On a du mal à se résigner à partir de là, mais il faut poursuivre notre route vers l’Alaska…

Nous faisons un court arrêt à Prince Rupert pour acheter de nouveaux vêtements aux enfants qui grandissent et refaire un petit plein d’épicerie (2 paniers bien remplis). Encore une fois, nous sommes gâtés par un couple de la marina qui nous offre un transport en voiture à l’épicerie ce qui simplifie grandement les choses pour nous. Nous avons l’habitude de tout transporter dans des sacs à dos ce qui demande ordinairement plusieurs déplacements aller-retour. Nous sommes restés seulement une nuit au yacht-club. Bien sûr, nous préférons éviter les frais élevés de marina, mais aussi, nous avons hâte d’arriver en Alaska !

Nous atteignons finalement un mouillage au nord de Dundas Island. Pendant que nous approchions l’île, nous avons fait notre première rencontre avec des orques ! Brume est la première à les voir ! Le poil hérissé, elle se lamente comme jamais ! Tous les membres de la famille se précipitent sur le pont pour comprendre ce qui se passe et se disputent le meilleur spot pour les photographier ! C’est vraiment impressionnant d’admirer le mâle et la femelle nager avec leur petit juste à côté de Pinocchio. Leur aileron dorsal est super élevé et pointu. Celle du mâle mesure près d’un mètre et demi ! Wow ! C’était magnifique !

Bien, voilà ! Ce sera notre dernière escale au Canada. Quel privilège d’avoir pu y passer tout ce temps ! « Saisissez le moment, les enfants, vous n’aurez peut-être jamais la chance de revenir ici de votre vie. » Ça déchire le cœur de quitter cet endroit si merveilleux. Mais tout n’est pas fini ! De nouvelles découvertes nous attendent et Charlotte semble reprendre du poil de la bête ! Demain, nous entreprendrons une navigation à la voile d’environ 50 milles nautiques vers Ketchikan en Alaska !!!

Abonnez-vous à notre lettre de nouvelles!

Pour recevoir un avis de nouvelle publication et des informations spéciales.

About the Author

Je suis traductrice et je navigue autour du monde avec mon mari Marcus, nos 7 enfants et notre chienne Brume sur notre voilier Pinocchio à la découverte des océans, des îles, des gens, de la flore, de la faune, des insectes, des poissons, de la culture, de la musique, des arts, de l’histoire et des saveurs d'ailleurs...
I am a translator and I travel around the world with my husband Marcus, our 7 children and dog Brume on our sailboat Pinocchio to discover the oceans, islands, people, flora, fauna, insects, fish, culture, music, art, history and flavors of faraway...

  • Quel beau récit d’aventure!
    Merci Johanne! Ce fût magique de vous voir dans la baie à Ucluelet ❤

  • Quel bonheur madame Johanne de vous lire, félicitations pour votre site.
    Vous nous permettez d’apprendre et découvrir combien la terre est extraordinaire.
    Nous vous suivons depuis votre départ de Québec…..incroyable combien les années passent. Toute la famille vous êtes comme des grands amis, souvent on pense à vous, on s’inquiète de vous, on a hâte de recevoir des nouvelles, alors encore merci de partager ce tour du monde, vous êtes une famille inspirante.
    On vous aime
    Henriette et Yvan Desrosiers
    Marina du Vieux Port Quebec

    • Un gros merci Monsieur et Madame Desrosiers pour votre très beau message! Vos paroles me font vraiment chaud au coeur. Ça me fait grandement plaisir de savoir que nos partages puissent inspirer des gens comme vous! Vous avez bien raison, c’est vrai qu’il y a des endroits extraordinaires sur la planète! À bientôt!

  • Bonjour Johanne et toute la famille! Vous vivez tellement une belle aventure que je commence à me demander si je vous reverrai en personne un jour. Je vous suis depuis votre départ et suis toujours impatiente de savoir où vous êtes, ce que vous vivez et voir des photos des enfants.

  • Vous êtes tous! Tout aussi merveilleux que ces lieux extraordinaires où vous avez vécu une vie unique! Merci infiniment! J’ai voyagé avec vous… Je continue! J’ai bien hâte de suivre vos récits et anecdotes. Merci Johanne et le beau sourire que j’ai à vous écrire transmettez le à vous tous 😃

  • Bravo Johanne pour le récit si intéressant!
    Salutations à Marcus en souvenir
    de nos rencontres au Témiscamingue. Ça me semble si loin et si près en même temps 😊

  • Merci beaucoup de partager, je vous suis depuis un certain temps et vous me faites tellement rêver. Bonne continuité !

  • Quel plaisir de lire ce blog! Merci tellement de nous faire vivre votre expérience. Vous écrivez tellement bien que j’ai l’impression d’y être avec vous. Vous ne savez pas comment je suis heureuse de lire votre récit sur Facebook! Quelle joie quand je vois un nouveau « post » sur Facebook. Merci aussi de nous parler de Brune🐾!

    J’ai des frissons à chaque fois que Raphaël publie des photos sous l’eau.

    Je souhaite sincèrement une conférence ou une exposition lors de votre retour MAIS svp ne revenez pas trop vite…je veux continuer à voyager avec Brume et Pinocchio aussi longtemps que possible.

    Au plaisir de vous lire encore et encore!

    Salutations à toute la famille ainsi qu’à Brume!
    Marie-Claude
    En Outaouais

    • Chère Marie-Claude, Merci tellement de voyager avec nous! Votre message m’a beaucoup émue! Raphaël vous prépare une surprise! Encore bien des frissons! Ça me fera plaisir de vous préparer une conférence lors de notre retour, un jour!!! Brume ainsi que toute l’équipage vous saluent!

  • Toujours aussi inspirant. Heureux du retour du blog et content que le voyage continue. Merci à Charlotte de nous avoir fait patienté avec ses publications sur insta et fb.
    Hâte de lire la suite ❤

    • Quel beau message Luc! Oui! Charlotte nous aide beaucoup avec ses publications! C’est aussi elle qui écrira le prochain article! Merci beaucoup de nous suivre depuis le début!

  • Je vous suis depuis votre départ . Quelle belle aventure !!toutes ces belles rencontres enrichissent la vie ! Continuez de nous émerveiller.

  • Quel beau récit! Merci de partager vos moments de la vie quotidienne sur votre bateau , vous vivez dans une grande simplicité en famille sur ce bateau mais aussi dans la richesse que la nature vous donne et que la générosité des gens que vous rencontrez vous réconforte.Merci pour les magnifiques photos et je trouve que les enfants ont tellement changé depuis 5 ans mais pourrez-vous vivre dans le futur sur un petit lopin de terre dans une maison ?
    Il faudra que l’eau et la nature soient proches…

    • Bonjour Nicole! Merci pour votre beau message! Oui, les enfants grandissent… trop vite! Il m’arrive de rêver à un petit lopin de terre avec des jardins de légumes et des poules! En attendant, on est chez-nous partout où l’on jette l’ancre!! C’est merveilleux!

  • Merveilleux récit, merveilleuse aventure que la vôtre et merveilleuse équipage. Félicitations à vous tous

  • Bravo pour votre voyage inspirant, franchement c’est impressionnant, cette vie de découvertes que vous expérimentez en famille (et quelle famille!!) depuis plus de six ans. Je me souviens vous avoir croisés en juillet 2016 à havre Aubert, vous étiez sur le point de partir. Vous en avez fait du chemin. Merci pour votre récit sous forme de blogue, c’est très agréable à lire. Bon vent! ❤️⛵️😎

    • Bonjour Daniel, Merci pour votre beau message! C’est spécial de savoir que vous nous suivez depuis notre départ! Qui sait, on se recroisera peut-être à havre Aubert un jour! On en aura long à vous raconter!!

  • Bonjour à toute la famille !
    Wow! Tout un périple autour du monde !
    Que d’histoires à raconter, à écouter et à imaginer !
    Tout un trip familiale !
    Bonne continuité les amis !
    « Sea ya! »
    André, collègue de Marcus

  • Un beau récit qui nous fait nous aussi voyager. Vous féliciterez Raphael pour son excellente photo d’anémone de mer (laquelle? 😉 Je suis impressionné par la profondeur de champ de cette macrophotographie. Bravo!

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >