Naviguer vers Maloelap

Pour une fille de l’Abitibi comme moi qui a connu les hivers rigoureux du Québec, les îles Marshall ne connaissent qu’une saison, l’été ! C’est vrai, quoi ! Il y fait toujours chaud ! Cependant, les habitants de la république, eux, parlent de la saison des pluies abondantes et de la saison plus sèche. Mais qu’est-ce que ça change pour nous les navigateurs en voilier ? Pourvu qu’on puisse se baigner toute l’année, non !

Le vent fait toute la différence !

Ce 22 septembre 2023, alors que nous franchissons la large passe Kalalin située au nord de l’atoll de Majuro, prêts à entamer une navigation de 100 milles nautiques vers l’atoll de Maloelap, une brise chaude se lève et caresse notre visage. L’équipage achève les manœuvres et Pinocchio gonfle fièrement ses voiles, avançant doucement au vent de travers sur une mer calme. Marcus éteint alors le moteur. Ce dernier crée une chaleur absolument insupportable dans le bateau.

La famille s’est réunie dans le cockpit pour prendre l’air et jaser de toutes sortes de choses. Nous parlons avec joie de l’arrivée de « l’automne » et du retour du vent alizé qui vient aérer le bateau au mouillage grâce au Wind-Scope. Ce vent nous promet enfin une belle navigation à la voile ! (…)

Les « quatre saisons » aux îles Marshall

On s’entend, les quatre saisons sont davantage marquées dans les régions boréales comme le Canada d’où je viens que dans les tropiques. Tout de même, au cours de nos deux escales de 15 mois dans ce pays situé juste au nord de l’Équateur dans le Pacifique, nous avons pu discerner quelques variantes importantes d’une période à l’autre de l’année et d’une extrémité à l’autre de l’archipel. Je vous présente ici les quatre phases d’évolution du climat que nous avons pu reconnaître dans cette région micronésienne en suivant le calendrier des saisons dans l’hémisphère nord.

L’été

L’hiver

Au contraire, durant l’hiver, c’est-à-dire la saison sèche, l’alizé règne ! Cette période presque sans pluie s’étire au minimum du mois de décembre à avril, occasionnant souvent un manque d’eau potable, surtout dans les îles plus au nord de l’archipel comme Ailuk. Un vent de force 5-6 souffle du nord-est presque en tout temps. La température baisse jusqu’à 22˚ C la nuit. Les locaux sortent leur veste molletonnée à capuchon ! Une forte houle se forme et des crêtes d’écumes blanches s’étendent parfois dans le lit des vagues. Nous y avons goûté et c’était agréable ce vent constant au portant en arrivant du Mexique en février 2023. Toutefois, naviguer au près bon plein vers Ailuk au nord d’ici dans un temps pareil en début d’avril 2023, attention ! Il faut aimer le rock’n’roll ! En tout cas, nous n’avons pas manqué de vent ! Notre moyenne de vitesse est passée de 4 à 6 nœuds ! Tellement, que nous sommes arrivés une dizaine d’heures plus tôt que prévu et avons dû nous faufiler dans le lagon en pleine nuit, bien avant le lever du jour. Ça, c’est une autre histoire…

Le printemps et l’automne

Puis finalement, le printemps annonce le retour des averses et l’automne le retour progressif des vents d’alizé. Aussi, ces deux mi-saisons sont accompagnées de très fortes marées lors de la pleine lune, ce qui cause souvent des inondations sur terre à cause de la grande hausse du niveau de la mer liée au réchauffement climatique. C’est aussi au printemps qu’on voit le plus de traces de tortues qui viennent pondent sur les plages !

Mais, méfiez-vous ! Ces deux périodes peuvent de plus connaître de forts grains et des coups de vents du sud ou de l’ouest. Donc, mieux vaut prévoir le coup au mouillage pour ne pas se retrouver la quille dans le corail à marée très basse. En effet, si le vent vire à 180 degrés, le voilier vire aussi ! En navigation, il faut s’attendre à en baver un coup avec les voiles, surtout si, comme nous, vous n’avez pas d’enrouleur !

Les grains successifs inattendus

(…) Cela dit, ce 22 septembre 2023, les prévisions météo nous annonçaient des conditions stables et agréables. Cependant, contre toute attente, le vent commence à jouer au yoyo en soirée. Il augmente d’abord au point que nous atteignons plus de 6 nœuds de vitesse au près bon plein. Il faut choquer l’écoute de la grande voile, fermer toutes les écoutilles à cause des embruns et rester à l’intérieur. Il fait chaud, nous suons à grosses gouttes. Puis le vent diminue dramatiquement et tourne, nous faisant changer de cap. Le capitaine borde la grande voile au maximum, choque le foc, mais rien n’y fait. Il faut démarrer le moteur et endurer encore plus de chaleur. Puis le vent reprend. Marcus éteint le moteur et choque les écoutes. Un moment donné, Raphaël et lui voient s’approcher d’énormes nuages noirs. Ils se précipitent à la proue pour réduire la voilure. À peine ont-ils le temps d’affaler le foc, que le vent monte en flèche. Raphaël s’empresse d’étrangler la voile sur le balcon avant du mieux qu’il peut. Une pluie diluvienne s’abat déjà sur lui. Marcus abandonne l’idée de baisser la grande voile. Tous deux nous rejoignent vite à l’abri dans le carré. Le bateau prend la cape, les haubans sifflent, les poulies résonnent, la coque tremble de tout son acier. Puis, le vent se calme et l’équipage sort pour hisser le yankee. Mais les grains se succèdent toute la nuit, devenant de plus en plus puissants et violents. Des éclairs déchirent le ciel. Ça tonne, ça couine, ça grince. Pinocchio et son équipage encaissent, mais l’inconfort de la situation nous épuise. Le lendemain, ça continue de brasser. Marcus propose d’aller nous réfugier dans l’atoll d’Aur pour attendre des conditions plus « relaxes ».

Calme plat

Le mouillage d’Aur devant le motu de Tabal est habituellement très agréable, quoiqu’il reste un peu rouleur à marée haute même par temps calme comme nous l’avons connu en juillet-août dernier. Mais dans les conditions actuelles de fortes marées d’automne avec ce fort vent d’est-sud-est, Pinocchio tangue, tire des bords et roule. Bref, rien de confortable. Je me suis tout de même donné le défi d’aller nager pour voir quel effet ça donne. L’eau était tellement trouble et agitée que je ne voyais même plus les repères de corail où j’avais l’habitude de nager lors de notre escale l’été précédent. Après avoir pris quelques bouillons, je me résigne à remonter à bord !

Le lendemain matin, c’est le calme plat dans l’atoll d’Aur. Pas un pet de vent. Nous entreprenons donc une navigation d’environ 25 milles nautiques au moteur vers la passe sud de l’atoll de Maloelap et mouillons enfin l’ancre devant le motu d’Airik !

Où aller aux Marshall selon la saison ?

Bref, au cours de nos deux ans et demi aux îles Marshall, nous avons préféré rester à Majuro ou les îles du sud pendant l’hiver pour limiter nos déplacements dans les vents forts qui caractérisent cette saison sèche. L’été, nous avons aimé profiter du climat un peu plus frais et moins humide de la zone tropicale des îles plus au nord comme Ailuk, Rongelap et Rongerik. Nous évitions ainsi en grande partie la très forte pluviosité de la zone équatoriale des îles du sud et pouvions profiter des calmes plats pour aller plonger en apnée sur le récif extérieur des atolls. Le printemps et l’automne, nous pouvions aller n’importe où. Pourvu que nous ayons bien choisi notre fenêtre météo et que nous soyons prêts à tout comme conditions météo !

La navigation dans le pot au noir est parfois exaspérante. Se déplacer du sud au nord ou du nord au sud dans le vent d’alizé est souvent pénible. Mais bourlinguer dans tous ces atolls de l’archipel des îles Marshall est toujours tellement agréable, que ça en vaut l’effort en toutes saisons !

Et vous, quelle est votre saison préférée ? Quelles sont vos activités favorites selon les saisons ? Avez-vous déjà vécu des conditions de navigation mouvementées ? Racontez-moi !

    • Merci Francine!
      Ah! L’automne! Oui, ça me manque beaucoup cette saison! C’est si beau la couleur changeante des feuilles dans les forêts du Québec… Et le doux parfum des conifères est si agréable! Je crois que Brume a bien hâte d’aller s’y promener elle aussi! En attendant, je vous souhaite un beau printemps en Mauricie!

  • Wow bien contente d’avoir de vos nouvelles . Moi j’adore l’automne , le jour on est bien et le soir on mets un gilet pour ne pas avoir froid. Je vous souhaites une bonne route et continuez de nous alimenter avec vos voyages .

    • Merci pour vos beaux souhaits, Hélène!
      C’est vrai que le climat est agréable en automne! On peut s’habiller en couches d’oignon et n’avoir jamais trop chaud, ni trop froid! En attendant, je vous souhaite un beau printemps, ni trop chaud, ni trop froid!

  • Très intéressant de connaître les différentes saisons d’un autre pays , félicitation Johanne !

  • Wow vous en aurez vécu des aventures! Ma saison préférée c’est l’été, la chaleur, le soleil et l’eau. Au plaisir de vous suivre dans votre traversée xx

    • Coucou Maryse!
      Ah! L’été! Moi aussi je raffole de l’eau! Rien de mieux qu’un peu de soleil et de chaleur pour bien profiter des activités aquatiques et nautiques estivales!
      Mais l’été sans fin s’achève pour nous! On met le cap vers le Nord!!! Brrrrr!!!

  • Pour moi l’automne au Quebec c’est merveilleux. Je crois que malgré tout, nous sommes chanceux de pouvoir vivre les 4 saisons. J’aime dire que j’adore les premières:
    Voir les premiers flocons de l’hiver,
    les premières tulipes du printemps,
    la première terrasse de l’été, et les premières nuits fraîches de l’automne.

    Toujours un plaisir de vous lire!

    • Bonjour Marie-Claude!
      Je suis bien d’accord avec vous! J’ai bien hâte de revivre les 4 “vraies” saisons du Québec!
      Voir les enfants faire leur premier bonhomme de neige!
      Voir s’épanouir mes premières jonquilles!
      Cueillir les premières laitues et les premiers radis dans mon jardin!
      Voir rougir les premières feuilles dans les arbres!

      Merci de nous suivre!!!

  • À ce que j’ai pu comprendre, vous revenez au Qc cet été!!!
    Si oui…J’espère que ça ne vous pèse pas trop…
    Sinon, continuez à nous informer de temps en temps. Ça faisait longtemps…
    Moi aussi j’aime beaucoup vous lire… et j’aimerais bien vous voir revenir sur le St-Laurent à Lévis…

    • Bonjour Danielle !
      Oui, nous revenons au Québec d’ici la fin de l’année ! Ça nous pèse un peu, mais nous restons motivés et contents de bientôt retrouver notre fils Thomas, nos familles et nos amis. Ce sera intéressant aussi de revivre les 4 saisons ! Il nous reste encore beaucoup de distance à franchir, donc nous prenons ça un jour à la fois !
      Merci de nous lire!!! Au plaisir de vous revoir bientôt sur le St-Laurent!

  • Bonjour Johanne et Pinocchio. Toujours un plaisir de te lire avec des précisions sur les Îles Marshall que nous ne visiterons possiblement jamais. J’adore l’automne au Québec avec ses magnifiques couleurs et l’air frais mais l’été au bord d’un lac c’est gagnant. Au plaisir de se revoir. Petra et Robert

    • Bonjour Petra et Robert!
      Heureuse que vous aimiez mes récits! Merci de continuer de nous suivre. Moi aussi j’aime beaucoup le bord de l’eau! C’est une des choses que j’aime le plus de notre vie en bateau! Mais l’air frais de l’automne me manque un peu des fois, je dois l’avouer!
      Au plaisir de vous revoir bientôt!

  • WoW , merci pour ce beau texte très enrichissant. Nous prévoyons passer le canal du Panama en février prochain.
    Ces informations sont précieuses pour nous.
    Nous nous sommes vus aux Îles de la Madeleine au tout début de votre périple. Vous nous avez marqué énormément. La rencontre a été brève , mais très enrichissante.
    Présentement, nous sommes à San Andres car la température est plus clémente qu’au Panama.
    Le vent est agréable et nous évitons le plus possible la saison des pluies et des orages électriques du Panama.
    C’est vrai que l’humidité et la chaleur sont des éléments très désagréables à vivre à bord d’un un voilier…
    Ce n’est pas le marin qui trace sa route mais bien les éléments de la nature qui le guide.
    Bon vent !
    Yvan et Nathalie du voilier Navyo

    • Hé! Un gros bonjour de toute l’équipage du Pinocchio! Contents de savoir que vous allez bien à San Andres sur Navyo. C’est vrai que Panama doit être chaud et humide en cette saison des pluies! Ça me fait plaisir de savoir que mon texte vous a plu. Bon vent et merci de nous suivre!

  • Tout va bien pour votre équipage et famille, j’en suis heureuse. Vous faites un voyage hors de l’ordinaire, magnifique 💖

    • Bonjour Ginette!
      Merci beaucoup pour votre message. Oui, toute la famille va bien et nous vivons de belles aventures! Nous profitons bien des derniers mois qu’il nous reste à vivre sur l’eau!

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    About the Author

    Je suis traductrice et je navigue autour du monde avec mon mari Marcus, nos 7 enfants et notre chienne Brume sur notre voilier Pinocchio à la découverte des océans, des îles, des gens, de la flore, de la faune, des insectes, des poissons, de la culture, de la musique, des arts, de l’histoire et des saveurs d'ailleurs...
    I am a translator and I travel around the world with my husband Marcus, our 7 children and dog Brume on our sailboat Pinocchio to discover the oceans, islands, people, flora, fauna, insects, fish, culture, music, art, history and flavors of faraway...

    >